LE SAPHIR - GEMMOLOGIE

« Sappir » : En hébreu, cela signifie « la plus belle chose ».

C’est ce terme qui a été choisi dès l’antiquité pour désigner cette pierre au bleu si intense qu’est le saphir.
Bien avant l’apparition de la monnaie, cette gemme comme bien d’autres servait d’objet d’échange contre des denrées courantes telles que le sel.
Il aura fallu attendre quelques siècles et bien des innovations pour que les lapidaires réussissent à exalter la transparence et l’éclat de cette gemme aujourd’hui reconnue comme une pierre précieuse. Les saphirs ont été créés pendant la formation des différentes couches terrestres. Cette gemme existe donc depuis des milliers d’années. Nous essaierons ici de retracer son histoire en commençant là où son chemin a croisé celui de l’humanité.

 

Bague de fiançailles en platine sertie d'un saphir entouré de diamants 856 Bague en or blanc saphir et diamants 584 - Bagues de fiançailles Bague marquise en or saphir et diamants 438 - Bijou d'occasion

 

Gemmologie

Le saphir appartient à la famille des corindons, tout comme le rubis.
Il existe des saphirs de différentes couleurs : bleus (les plus fréquents), verts, jaunes, roses, violets, orangés ou même incolores (leuco-saphirs) ou noirs.
La couleur bleue de la pierre provient de la présence d’oxyde de titane et de fer. Pour désigner un corindon de couleur on utilise le nom saphir en y ajoutant la couleur (saphir jaune, saphir rose).
Quand on parle de saphir sans préciser la couleur, on désigne le saphir bleu. On appelle « saphir » toutes les variétés de couleurs de corindons à part le rouge auquel on donne le nom de « rubis ».
Les pierres précieuses, sont dites « œuvres » de la nature car elles sont le fruit d’une gestation millénaire dans les entrailles de la terre. Les corindons sont formés dans la lithosphère.
Ils sont formés d’une base d’oxyde d’aluminium à laquelle vient s’ajouter des oxydes de fer et de titane qui lui donnent sa couleur. Quand la pierre est trop riche en oxyde de fer, sa couleur a tendance à tirer vers le vert ce qui contribue à la déprécier aux yeux des spécialistes.

Quelques chiffres techniques sur la nature et la composition du saphir :
Dureté : 9
Clivage : nul
Cassure : Conchoïdale, inégale
Système cristallin : Rhomboédrique
Composition chimique : Oxyde d’aluminium, oxyde de fer et de titane
Densité : 4
Indice de réfraction : de 1,759 à 1,778
Biréfringence : 0,008
Dispersion : 0,018

Bague vintage d'occasion en or saphir bleu et saphir jaune 730 Alliance en or et saphirs de couleur rose 833 Bague des années 1930 1940 sertie d'un saphir birman 659

 

Taille du Saphir

Afin d’obtenir d’un saphir un bleu plus prononcé les lapidaires s’efforcent de tailler la table perpendiculairement à l’axe cristallin principal.
Certains saphirs présentent un phénomène "d'astérisme", qui laisse apparaître une étoile à six branches. Le saphir, ainsi appelé "saphir étoilé", est alors taillé en cabochon, taille qui permet de mettre en valeur la particularité optique de la pierre en centrant l’étoile sur le bombé.

Aujourd’hui, les ateliers de joaillerie occidentaux sont équipés de machines modernes et d’outils adaptés pour mettre en valeur tout l’éclat d’une pierre. Mais dans certains pays, et notamment en Asie, certains artisans utilisent encore des procédés très rudimentaires qui fonctionnent sans électricité. A peine sorti de la mine, le saphir est confié à un lapidaire qui fait tourner une meule à l’aide d’une tige de bois qu’il tient dans sa main gauche. Dans sa main droite, il tient le futur joyau et le présente face à un disque de matière abrasive. Il dégrossit ainsi la silhouette de la pierre avant de s’attacher au facettage et au polissage. Ces techniques artisanales se transmettent de pères en fils et l’on doit admettre que malgré la rusticité de leur outillage certains lapidaires excellent dans leur art.
Le saphir est le plus souvent taillé en ovale, c’est la taille qui correspond le mieux à son système cristallin.

Bague pompadour en or saphir et diamants 130

Entretien avec un lapidaire dans l’atelier d’un joaillier parisien.

Quel type de pierres travaillez-vous ?

« Dans notre atelier, nous travaillons exclusivement les corindons et principalement les saphirs.
Certaines maisons ont des collections entièrement composées de saphirs. Elle est, des pierres précieuses, la moins chère et la plus à la mode. C’est une pierre facile à travailler, elle est très dure (dureté 9 sur l’échelle de Mohs) et se casse rarement sous l’action de nos meules. De plus, face à l’exigence de nos clients, nous prenons soin d’utiliser des gemmes de très bonne qualité. Une pierre sans givre a moins de risque d’être cassée lors de sa taille. »

Sous quelle forme arrivent les saphirs dans votre atelier ?

« Les saphirs arrivent par lots de Thaïlande. Pays par lequel ils ont transité pour être pré-taillés. Quand ils arrivent en France, ils ont des formes et des tailles standard : ovales, rondes ou carrées. A nous, par la suite de les retailler pour les adapter parfaitement aux bijoux déjà fabriqués pour nos clients. C’est de l’ajustage, du sur mesure. On doit d’abord les trier par qualité (couleur, pureté), puis faire des sous catégories en les triant par taille et par poids. On ne choisit pas nos pierres personnellement, aucun de nos employés ne se trouve sur place pour sélectionner les pierres. On laisse à notre partenaire thaïlandais le soin de nous envoyer des pierres correctes. Celui-ci connaît bien nos exigences de qualité et nous sommes rarement déçus. »

Ce ne sont donc pas vos clients qui vous fournissent les pierres ?

« Non, car notre entreprise est aussi spécialisée dans le négoce de pierre et nous avons des partenaires en Thaïlande. »

Et pourquoi ne pas tailler vous-même les pierres directement dans le bloc de matière première ?

« Ce ne serait pas rentable. Je crois qu’en France, plus personne ne taille « dans le brut » à part pour des commandes particulières. Certes, les pierres sont souvent taillées grossièrement quand elles nous arrivent mais elles sont dégrossies et cela est un gain de temps énorme. En moyenne, nos artisans ont besoin d’une heure et quart pour tailler une pierre dégrossie de 5/10, 5 mm de diamètre (trente minutes pour la retaille et quarante-cinq minutes pour le polissage), il nous faudrait plus du double pour tailler une pierre dans un bloc et façonner toutes les étapes nécessaires à sa taille. »

Bague saphir de Ceylan 533

Le traitement du saphir

Quand les techniques de taille et de polissage ne suffisent pas à donner à une gemme la couleur et la transparence suffisante on utilise de plus en plus souvent des traitements.
Les traitements thermiques sont très utilisés pour les corindons. Ils augmentent leur clarté en faisant disparaître les inclusions de rutile qui rendent la pierre opaque. Ils facilitent aussi la guérison de leurs fractures traitées avec ou sans adjuvants chimiques.
Le traitement dit « par diffusion » est lui aussi souvent appliqué aux saphirs. Il s’agit de faire diffuser sous l’effet de hautes températures des ions chromogènes à la surface d’une pierre taillée. Par exemple, diffuser des ions de titane ou de fer (qui donnent leur couleur à la gemme) sur un saphir incolore pour le rendre bleu.
Le remplissage des fractures se fait par introduction de substances dans les givres situés à la surface de la pierre pour les rendre moins visibles. Cela leur donne donc plus de transparence et de clarté.
L'irradiation modifie la couleur de la pierre par exposition à différentes radiations telles que les électrons, les rayons gamma ou les neutrons. La coloration reste peu profonde et ne sera donc plus visible lors d’une retaille ou d’un repolissage de la pierre et elle est facilement altérée par la chaleur ou la lumière.

Bague moderne d'occasion en or saphir et diamants 834

Géographie et histoire de l’extraction des saphirs

Il est facile de définir l’origine d’un saphir d’une part par sa couleur allant du bleu foncé presque noir au bleu très clair mais aussi grâce à ses inclusions qui varient d’un site à l’autre.

Les saphirs du cachemire (Inde) sont réputés pour leur couleur bleu roi veloutée et profonde. Ils sont considérés comme les plus beaux saphirs du monde pour leur qualité et leur rareté. De 1850 à 1979, les nombreuses expéditions organisées dans ces mines par des géologues, gemmologistes et investisseurs se sont révélées très fructueuses. En effet, des pierres de tailles importantes et de très belle qualité furent découvertes. Mais depuis 1979, la fermeture des mines a arrêté toute spéculation.
Les saphirs du Cachemire déjà sur le marché ont d’autant plus de valeur car on dit que ces mines sont épuisées. Cependant, l’entrée est désormais gardée par l’armée pour éviter toute exploitation clandestine au cas où de nouveaux gisements seraient découverts près des anciennes mines surexploitées.

Les saphirs de Birmanie (Myanmar) sont réputés pour leur magnifique couleur bleue intense, qui a cependant tendance à noircir à la lumière du soir.

Les saphirs du Sri-Lanka (anciennement Ceylan) sont réputés pour leur taille importante et leur belle couleur, cependant souvent un peu claire et parfois très irrégulièrement répartie. Si bien qu'un saphir peut se présenter comme partiellement incolore. Le Sri-Lanka est l’une des régions du monde les plus productrices de gemmes. Le saphir reste la gemme la plus extraite de l’île et se rencontre surtout entre Kolonné et Ratnapura. L’exploitation y reste très précaire. Les alluvions, appelées localement « illam » sont récoltées dans des puits d’une profondeur maximale de 15 mètres avant d’être filtrées dans des paniers d’osier et examinées par le contremaître. Il est difficile d’estimer la production de ces mines compte tenu des ventes illicites non chiffrables qui sont probablement assez importantes.

Les saphirs de Thaïlande (anciennement Siam) et du Cambodge sont réputés pour leur couleur bleue plus ou moins nuancée de vert. Des alluvions riches en saphirs transportent ces pierres de part et d’autre de la frontière. Ces gisements représentent près du tiers de la production mondiale. La taille des saphirs extraits en Thaïlande, Cambodge et Australie est faite en Thaïlande et font de ce pays le principal exportateur mondial de saphirs distribués au négoce international.

On extrait des saphir dans bien d’autre pays tels que le Laos, le Vietnam, la Chine ou encore les Etats-Unis, le Malawi, la Colombie, la France (en Haute-Loire) mais ces gisements sont beaucoup moins importants et leur impact commercial très faible.

Bague bandeau en or saphir et diamants 719 - Bijou vintage

Les achats et les ventes de saphirs en bijouterie et joaillerie

Entretien avec Catherine Moreau, gemmologue et spécialiste de la vente et de l’achat de bijoux anciens à Paris :

Quelle place tient le saphir dans vos ventes ?

« Le saphir est la pierre de couleur la plus vendue dans notre bijouterie.
Quand les clients achètent une pièce de joaillerie, c’est en général un achat prémédité et réfléchi. Ils ont déjà choisi la pierre et le type de monture avant de commencer leur recherche. Bien souvent, le prix élevé de ce type de bijou ne permet pas l’achat impulsif sur un coup de coeur. Le saphir est recherché pour sa symbolique car il est l’emblème de l’engagement et de la fidélité mais aussi pour son prix. De toutes les pierres précieuses, il est la moins chère. Symbole de fidélité et de sincérité, voilà la raison qui fait du saphir la pierre précieuse de couleur la plus vendue dans le monde pour orner les bagues de fiançailles. Par ailleurs, dans le folklore français, les noces de saphir correspondent à 16 ans de mariage. »

Quelle clientèle recherche des bagues en saphir ?

« Les jeunes sont les plus amateurs de bagues en saphir car elles sont tout à fait adaptées à des fiançailles. La coutume veut que le jeune fiancé offre un saphir à sa compagne, c’est une tradition, de nombreuses bagues de fiançailles anciennes sont en saphir. Au-delà de la tradition, il y a aussi une question de mode. Le bleu est une couleur « jeune » et facile à porter. Plus que le rouge du rubis, couleur trop agressive et que le vert de l’émeraude dont on finit par se lasser. Enfin, le prix est un paramètre important dans le choix de la pierre pour un couple de jeunes gens. Pour le même prix, ils peuvent avoir une pierre plus grosse ou de meilleure qualité qu’un diamant ou qu’une autre pierre précieuse. »

Sur quel type de monture voit-on monté le saphir sur une bague de fiançailles classique ?

« La bague fleur ou marguerite est la plus choisie pour une bague de fiançailles. Elle est une allégorie au printemps et à l’éclosion des sentiments amoureux. Cette bague, sertie d’un saphir entouré de diamants, devient un symbole d’engagement, de fidélité et d’amour éternel. »

Nous nous rendons bien compte grâce à cet entretien, que les achats de bijoux sont liés à des valeurs, des coutumes et des traditions et que les acheteurs semblent rassurés par la symbolique liée à une pierre. Avec la même démarche que les peuples antiques, ou même, bien avant eux, les civilisations préhistoriques, les hommes et les femmes cherchent à porter un bijou comme un talisman.
Une pierre qui a été créée dans les profondeurs de la terre les rapproche de la nature et donne à leur achat de bijou une valeur spirituelle.

La litho-thérapie, le pouvoir des gemmes sur la santé et le bien-être est prise très au sérieux. En témoignent les nombreux ouvrages à ce sujet qui prêtent aux pierres des vertus prophylactiques. Le saphir est reconnu pour apporter le bien être du corps comme de l’âme. Il soigne les maladies des yeux et aide l’esprit à s’élever vers un chemin spirituel.

Dans l’astrologie, le saphir bleu est associé à Jupiter, le saphir jaune à Mercure et le saphir Padparadsha à Venus. Il est aussi associé au mois de septembre.

Philomène THEBAULT

Bijouterie Joaillerie Catherine-Philomène M.

01 44 75 58 00

 

Consulter toute la documentation sur les bijoux