ACHAT VENTE DE BIJOUX ANCIENS ET OCCASION - RACHAT D' OR - BIJOUTERIE PARIS

 

HISTOIRE DE L’OR – METAL PRECIEUX

Depuis les temps les plus anciens, à toutes les époques de la civilisation, l’or est le métal précieux qui occupe le premier rang dans l’estime des hommes. Il représente à leurs yeux le faste, la richesse et la puissance.
Les fouilles archéologiques ont permis la découverte de fabuleux trésors exprimant la fascination de l’homme pour l’éclat de l’or symbolisant le soleil et la vie.
La prééminence de l’or sur les autres métaux provient non seulement de sa rareté, mais aussi de ses précieuses qualités. L’or acquiert, par le poli, un très vif éclat et est pourvu d’une magnifique couleur évoquant la lumière et le soleil. L’or est inaltérable à l’air, au soufre, aux gaz et aux acides. Le travail de l’or, en raison de sa malléabilité et de sa ductilité, permet de l’adapter à toutes les formes avec une merveilleuse facilité. Les applications de l’or sont innombrables, allant de la confection des ustensiles de première nécessité, aux exigences du luxe le plus raffiné.

Au cours de l’antiquité grecque et romaine, les parures et bijoux en or, colliers en or, bagues en or, la vaisselle et les couvert d’or jouent un rôle important, tant dans le monde des vivants que dans celui des morts.
Au Moyen Âge, de nombreux objets de culte calices, ciboires, ostensoirs, reliquaires sont fabriqués en or.
Le passementier et le fabricant de tissus l’associent à leurs brillantes étoffes de soie. On applique l’or sur le bois, le carton, les porcelaines et certains métaux. L’or sert au placage de l’argent, du cuivre et du laiton garantissant ainsi ces métaux des influences destructrices et lui conférant son aspect esthétique si recherché.
L’argent doré est connu sous le nom de vermeil.

Bracelet semainier en or 96Bracelet en or des années 1970

L’orfèvre et le joaillier façonnent l’or en vases, chaînes, bijoux, et s’en servent pour enchâsser les diamants et autres gemmes dont ils accroissent ainsi l’éclat et la beauté. Symbole de luxe et de prestige, l’or est utilisé dans l’art de la table et de la décoration. La vaisselle royale est façonnée en or, dans des proportions variables en fonction des époques et de l’état du trésor.

De nos jours, l’essentiel de l’or consommé chaque année l’est pour la joaillerie. Le reste est partagé équitablement entre les transactions financières (pièces et lingots) et les usages technologiques comme l’industrie électronique, médicale et dentaire. L’utilisation de l’or en dentisterie remonte au VIIème siècle avant notre ère. A cette époque les cavités étaient comblées de feuillets d’or.

La bijouterie et la joaillerie utilisent plus des ¾ de l’or extrait chaque année. Tout cet or sert à fabriquer nos colliers, bracelets ou bagues.

 

L’OR DANS LA NATURE

N’ayant que très peu d’affinité pour les autres éléments, l’or ne se découvre dans la nature que sous deux formes : natif, ou allié à quelques métaux, notamment à l’argent et au tellure.
L’or natif se rencontre quelquefois en filons, mais plus ordinairement en cubes, en lames ou paillettes, en grains ou en masses, dans des sables argileux et ferrugineux. L’or natif, se présentant sous forme métallique non combinée, n’a pas besoin d’être extrait de son minerai par un procédé technique compliqué, comme c’est le cas pour la plupart des autres métaux. C’est pour cette raison que l’or fut peut-être le premier des métaux précieux à être travaillé, bien que les premiers objets en or connus ne datent que de 5000 ans av. JC (alors qu’il existe des objets en cuivre datant de 9500 ans avant Jésus Christ). Les mines d’or étaient déjà exploitées au Proche-Orient au moins dès le quatrième millénaire avant Jésus Christ. L’une des principales sources de métal précieux fut le désert de Nubie où les égyptiens mettaient à profit de nombreux gisements.



Or natif Pépite d'or



L’or se présente rarement sous une forme pure. Il contient généralement un certain pourcentage d’autres métaux, surtout de cuivre et d’argent. Les analyses ont montré qu’une grande partie des plus anciennes pièces en « or » ou en « argent » étaient en réalité composées d’électrum, alliage naturel d’or et d’argent. Pour obtenir un métal pur, il aurait été nécessaire d’affiner l’électrum.
Quand les masses d’or sont plus importantes, on les désigne sous le nom de pépites. Au XIXème siècle, une pépite d’or pesant 72 kg fut découverte en Australie.
En France, on connait des rivières et des fleuves qui charrient de l’or : le Rhône, l’Ariège, le Gardon, la Cèze, le Rhin près de Strasbourg, la Garonne près de Toulouse, l’Hérault près de Montpellier. Leurs sables ne sont plus exploités aujourd’hui. Il y a des hommes dont l’unique occupation était de ramasser cet or ; on les nommait orpailleurs.
La France n’a qu’une mine d’or, mais pas suffisamment riche pour être exploitée avec avantage ; c’est celle de la Gardette, en Dauphiné. L’or y existait dans un filon de quartz. Avant la révolution, le comte de Provence, y fit faire quelques travaux, abandonnés peu de temps après.

Les mines d’or les plus importantes sont celles d’Afrique du Sud, des Etats-Unis, le Canada, l'Australie, la Russie et la Chine.

 

L’UTILISATION DE L’OR EN MEDECINE

Il n’est pas étonnant qu’un métal aussi précieux que l’or ait été l’objet des recherches les plus persévérantes de la part des alchimistes, qui se flattaient sans cesse de pouvoir le créer dans leurs opérations, et d’en obtenir un remède universel. Pour les médecins l’or ou le soleil possédait des propriétés merveilleuses. Ils le faisaient porter en amulettes pour égayer les mélancoliques, et pour se protéger de la lèpre. L’immersion du métal rouge de feu, dans les tisanes suffisait pour leur communiquer une vertu cordiale. Le nombre des préparations dites solaires, dont, malgré leur nom et à cause de leur fabrication compliquée, l’or ne faisait pas toujours réellement partie, est infini. L’une des plus célèbres était la liqueur d’or ou les gouttes d’or du général Lamotte, si renommées sous Louis XV, qu’elles se vendaient un louis la goutte ! La poudre d’or, ses oxydes et surtout son chlorure, sont utilisés dans le traitement de la syphilis et en général des affections lymphatiques. De toutes les vertus dont on l’avait gratifié, l’or, aux yeux des médecins modernes n’en conserve plus que quelques unes. L’or est principalement prescrit pour accroître les capacités anti-inflammatoires naturelles de l’organisme.

 

L’ OR MONETAIRE VALEUR PLACEMENT – L’OR ETERNELLE VALEUR REFUGE - PRIX DE L'OR

En raison de sa rareté, de son prestige, l’or fut longtemps considéré comme le métal le plus précieux. Rare et précieux, l’or s’est imposé comme l’objet monétaire. Jusqu’à devenir une valeur reconnue dans le monde entier.


Bague pièce de 20 francs or 576 Broche pièce or Napoléon 107

Au 19e siècle, l’Angleterre instaure l’étalon-or, système dans lequel toute émission de monnaie comporte la garantie de son échange en or. Peu souple, l’étalon-or est progressivement abandonné au début du 20e siècle, au profit d’un système plus fluctuant d’échange de devises. Cependant, résistant à l’inflation et aux dévaluations monétaires, l’or demeure un important instrument de réserve. L’or monétaire est principalement commercialisé sous forme de pièces d’or et de lingots d’or fin. Lors des achats et des ventes d’or, le prix de l’or est calculé en fonction du cours de Londres et exprimé en once. Une once équivaut à 28,35 grammes.

 

L’UTILISATION DE L’OR EN BIJOUTERIE JOAILLERIE

L’or pur est trop mou pour conserver, à l’usage, les formes qu’on lui confère. Il a besoin d’être allié au cuivre, pour être converti en monnaies, ustensiles et bijoux. L’alliage des bijoux ordinaires renferme 25% de cuivre. Il se ternit parfois à l’usage et prend un aspect sale, ce qui provient de l’oxydation du cuivre. On peut lui rendre son éclat primitif en le lavant avec un peu d’ammoniaque.

Tous les alliages d’or et de cuivre mis dans le commerce sont soumis au contrôle comme les alliages d’argent. Pour reconnaître la qualité et déterminer le titre des monnaies, des bijoux et des ustensiles d’or, les essayeurs d’or font usage de la coupellation avec le plomb. Les orfèvres, les bijoutiers et les joailliers se servent de la pierre de touche.

 

LE TITRE DE L’OR

Les titres de l’or qui étaient exprimés en carats sont aujourd’hui exprimés en millièmes.
24 carats correspondaient à 1000/1000ème d’or fin (sans alliage)
En bijouterie française, l’alliage le plus utilisé est 750 millièmes. En France, on trouve aussi des alliages 585 millièmes et 375 millièmes.

Tableau des correspondances carats millièmes

  • 24 carats correspondent à 1000 millièmes d’or fin
  • 22 carats correspondent à   916 millièmes d’or fin
  • 20 carats correspondent à   833 millièmes d’or fin
  • 18 carats correspondent à   750 millièmes d’or fin
  • 15 carats correspondent à   625 millièmes d’or fin
  • 14 carats correspondent à   585 millièmes d'or fin
  • 12 carats correspondent à   500 millièmes d’or fin
  • 9 carats correspondent à   375 millièmes d’or fin

 

LA COULEUR DE L’OR - COMPOSITION ET DIFFERENTES COULEURS DE L'OR

L’or peut s’allier avec presque tous les autres métaux, ce qui permet d’en modifier la couleur Le cuivre ne change pas la couleur de l’or, il ne fait que l’exalter. Le fer lui donne une teinte bleuâtre, le platine affaiblit beaucoup sa couleur, l’argent lui communique une nuance verdâtre.

Tableau des différents alliages d’or

  • L’or jaune est composé de 750 g d’or fin, 125 g d’argent fin, 125 g de cuivre.
  • L’or vert est composé de 750 g d’or fin, 250 g d’argent.
  • L’or rouge est composé de 750 g d’or fin, 250 g de cuivre.
  • L’or rose est composé de 750 g d’or fin, 60 g d’argent, 190 g de cuivre.
  • L’or gris ou blanc est composé de 750 g d’or fin, 150 g de palladium, 100 g d’argent ou 750 g d’or fin, 80 g de cuivre, 50 g de zinc et 120 g de nickel.
  • L’or gris bleu et bleu est composé de 750 g d’or fin et un alliage à base de fer.
  • L’or violet est composé de 750 g d’or fin, d’aluminium et d’une petite quantité d’argent et de cuivre.
  • L’or blanc est composé de 750 g d’or fin, 100 g de cuivre, 150 g d’argent.

Alliance or blanc, or jaune, or rose 798 Alliance or blanc diamants 681

 

LES POINCONS D’OR

Les ouvrages d’or vendus en France portent le poinçon de fabricant (en forme de losange) et le poinçon de garantie.
Les poinçons de garantie insculpés sur les bijoux en or contenant 750 millièmes d’or fin, pour l'or 18 carats, sont :

- La tête d’aigle
- Le hibou est insculpé sur les ouvrages d’or aux titres légaux et dont on ne peut déterminer la provenance française.
- La tête de cheval : ce poinçon est insculpé par le Bureau de Garantie de Province entre le 10 Mai 1838 et le 1er juillet 1919.
- Le charançon est insculpé sur les bijoux d'importation.

Poinçon Tête d'Aigle figurant sur les bijoux en or Poinçon Hibou figurant sur certains bijoux en or

- La coquille Saint Jacques est insculpée sur les ouvrages et bijoux en alliage d'or 585 millièmes pour l'or 14 carats
- Le trèfle sur les ouvrages et bijoux en alliage d'or 375 millièmes pour l'or 9 carats

La coquille Saint Jacques - Poinçon d'or 14 carats Le trèfle - Poinçon d'or 9 carats

 

Achat d'or - Expertise de bijoux or - Catherine Moreau

Catherine MOREAU

Diamantaire Gemmologue spécialiste en bijoux anciens
Bijoutier
Joaillier Catherine-Philomène M.

Achat vente et expertise de bijoux

77 avenue Ledru-Rollin
75012 PARIS

01 44 75 58 00

 

Consulter toute la documentation sur les bijoux