VENTE ET ACHAT DE BIJOUX ANCIENS ET OCCASION PARIS

HISTOIRE DES BIJOUX - LES BAGUES

 

Histoire de la bague de l'Antiquité à nos jours.

La bague, cet anneau que l’on porte au doigt, est le principal élément de parure, c’est aussi le bijou le plus prisé.
Bagues de pouvoir, de protection, preuve d’identité, marque de distinction, témoignage d’amitié, bague d’engagement qui scelle le serment d’amour éternel ou objet de parure. La bague est chargée de symbolisme et nous raconte l’histoire et les croyances de bien des civilisations.
- L’alliance est constituée d’un anneau qui peut être simple ou travaillé.
- La chevalière essentiellement portée par les hommes est une bague à large chaton sur lequel sont gravées des armoiries, des initiales.
- La bague, objet d’ornement et de parure est constituée d’un anneau (également appelé corps ou jonc), d’un chaton (ou tête) et parfois d’épaules reliant l’anneau au chaton.

Les bagues, les anneaux et les chevalières sont utilisés dès la plus haute antiquité. Les grecs les appelaient «dactulioi», qui signifie ornements des doigts, et les romains leurs donnaient le nom d’ «unguli» car primitivement, ils portaient les anneaux à la première phalange, près de l’ongle. Les anneaux et les bagues sont fabriqués en or, en argent, en fer, en bronze. Parfois, ils sont taillés dans un petit bloc de pierre. Les bagues des plus riches comportaient une ou plusieurs pierres précieuses.

Bague chrysoprase 713 Bague iolite

Les sceaux et cachets
Quand la pierre ou le chaton de métal est gravé, on se sert de la bague comme d’un cachet, qui équivaut à une signature. Cet anneau prend en grec le nom de «symbolon» signe, en latin d’ «annulus sigillarius» anneau sigillaire.
Pour cet usage, la pierre est habituellement taillée en creux, il s’agit d’une intaille. En général, on fait graver sur cette bague, ou la tête d’une divinité avec laquelle on invoque une glorieuse parenté (ainsi, César fait graver sur sa bague, la tête de Vénus), ou un événement dont on tire vanité. Pompée signe avec un lion, Auguste avec un sphinx ou la reproduction de la tête d’Alexandre le Grand. Dans certains cas, le prêt de cette chevalière équivaut à la délégation de pouvoir. Alexandre le Grand, en mourant remet son anneau à Perdiccas prouvant ainsi qu’il lui confie son Empire.
Cette chevalière portée au doigt et «à portée de main», peut servir à chaque instant de la vie quotidienne. Ce cachet permet de laisser une empreinte, d’authentifier les documents et d’établir la propriété des biens. Dans la vie domestique, on se sert de la bague pour signer les écrits, les contrats, mais aussi pour rendre inviolables tous les objets qui doivent être scellés, les coffres, les bouteilles, les bourses, et même l’entrée des maisons et l’appartement des femmes.

La manière de porter les anneaux ou bagues a beaucoup varié : les hébreux en ornent leur main droite, les romains leur main gauche, les grecs placent l’anneau à l’annulaire de la main gauche ; les gaulois et les bretons au majeur. Les romains n’ont d’abord qu’un seul anneau, puis ils en portent à chaque doigt et même à chaque phalange. Pendant longtemps, à Rome, les règlements déterminent la matière des anneaux qui peuvent être portés par chaque rang de la société. Ainsi, les sénateurs ne portent pas d’anneau d’or : il est, à l’origine, réservé aux ambassadeurs, aux citoyens qui ont rendu de grands services à l’Etat, et cet anneau ne doit être porté qu’en public. Les triomphateurs mêmes ne portent au doigt qu’une bague de fer. L’anneau d’or à l’annulaire distingue plus tard les chevaliers. L'anneau épiscopal est porté à l'index, puis à l'annulaire. Le peuple ne se sert que d’anneaux de fer, ornés de pierres communes ou de pâte de verre coloré.

Bague saphir diamants 584 Alliance diamants 756

Les alliances de mariage et les bagues de fiançailles
Une ancienne croyance prétend qu’une veine relie le quatrième doigt de la main gauche au cœur. Les époux échangent aux épousailles et aux noces, des anneaux d’épousailles ou de noces devenus : bagues de fiançailles et alliances, portés à l’annulaire gauche.
A l’origine l’anneau de mariage est en fer, certains possèdent un chaton d’aimant pour exprimer l’attirance des époux. Il est rond pour indiquer que leur amour est sans fin. On ne peut exprimer plus sensiblement l’intimité d’une alliance indissoluble qu’en l’assimilant à l’union conjugale, dont l’anneau d’or et d’argent est le signe ordinaire.

En France après les années révolutionnaires qui sont fatales aux arts somptuaires, Le Directoire 1795-1799 permet une amélioration des conditions de vie favorable au retour du luxe. La bague se rehausse de camées, de perles fines, de pierres précieuses. Dans les soirées, quelques femmes chaussées de cothurnes ornent leurs doigts de pied avec des anneaux enrichis de diamants et de pierreries. A cette époque l’usage des bagues est particulièrement en vogue et leur utilisation est multipliée. A tous les doigts, aux mains, comme aux pieds, tout le monde en porte à sa fantaisie.

Depuis cette période favorable à la croissance et à la création, de nouveaux modèles de bagues sont conçus, la bague marquise, bague Toi et Moi. Les bagues utilisées pour la parure comme les bagues de fiançailles font preuve de plus de fantaisie dans leur conception, on y trouve une infinie variété de matières, de formes et de styles. Des plus sages aux plus folles, les bagues n’ont de cesse de nous émerveiller.

 

Consultez également notre article :

L'anneau épiscopal, bague d'évêque - L'anneau du pêcheur, bague du pape

Toute la documentation sur  les bijoux

Catherine Moreau - Gemmologue diplômée de l'Institut National de Gemmologie

 

 

Catherine MOREAU

Bijouterie Catherine-Philomène M.
77 avenue Ledru-Rollin
75012 PARIS

01 44 75 58 00

 

Lexique des termes utilisés en bijouterie, joaillerie, horlogerie et gemmologie

Les lettres affichées ci-dessous vous permettent d’accéder directement à la première lettre du mot que vous recherchez.


A B C D EF G HI JK L M NO PQ R S T UVWXYZ